Saint-Priest les fougères, Parc Naturel Régional Périgord-Limousin

Nombre total de pages vues

Follow by Email

Translate

mercredi 30 décembre 2009

Le frelon asiatique à l'Assemblée Nationale

Question de Daniel Boisserie et réponse ministérielle : 

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-46368QE.htm

Les tiques

Question de Daniel Boisserie et réponse ministérielle :
http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-46368QE.htm

" M. Daniel Boisserie interroge M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur la prolifération du gros gibier dans de nombreuses régions, principalement les chevreuils et les sangliers. Elle s'explique en grande partie par le coût élevé de "bracelets". La surpopulation de ces animaux est responsable de gros dégâts sur les cultures ; par ailleurs, ils véhiculent la tique qui prolifère et s'attaque bien souvent à l'homme. Une meilleure régulation des populations de grand gibier devient nécessaire et urgente aujourd'hui. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui faire savoir s'il envisage une baisse du coût global des différentes taxes pour les chasseurs. "

lundi 28 décembre 2009

Nécrologie, La Coquille, Léon Bontemps

"Bien connu des habitants de La Coquille, où il habitait depuis plus de quarante ans et où il participait à toutes les activités, Léon Bontemps est décédé dimanche à 91 ans.
Né à Bussière-Galant, le 28 novembre 1918, issu d'une famille de cultivateurs, il connut très tôt le travail de la terre. Le 1er avril 1939, il était appelé pour le service militaire et incorporé à Martigues, au 404e régiment d'artillerie antiaérienne. Désigné pour la campagne du Levant, il embarqua le 18 août 1939 et rejoignit Beyrouth et la plaine de La Beka'a. De retour en France en 1940, il fut démobilisé le 15 avril 1942. Mais il entra dans la Résistance au 1er régiment de francs-tireurs et partisans français et participa à la Libération de Périgueux, Angoulême et La Rochelle. En 1947, il intégra la SNCF où il fit toute sa carrière.
Il épousa Marie Magne (dite Nini), le 22 janvier 1944. Ils ont eu deux enfants, Annie et Jean-Pierre, quatre petits-enfants et une arrière-petite-fille. Léon Bontemps s'était retiré à La Coquille en 1961."

source : http://www.sudouest.com/dordogne/actualite/perigueux/article/816384/mil/5523660.html

Vidéo de Pierre Desproges

http://www.youtube.com/watch?v=j0sMzvvHwRs&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=pH3PrV5_jLQ&feature=related


http://www.youtube.com/watch?v=JFE86rNdk6U&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=UbDD1NMf_k4&feature=related

Une interview de Pierre Desproges sur ses vacances à Châlus
http://ma-tvideo.france2.fr/video/iLyROoafYIRX.html

Pierre Desproges, son beau-frère, le Limousin, les cèpes et Françoise Sagan

http://www.youtube.com/watch?v=jQxoP6gX1TA&feature=related

"Pierre Desproges, issu d'une famille de commerçants de Châlus, était un mauvais élève à l'école[1]. Il passe une partie de son enfance à Luang Prabang (Laos) où son père enseigne le français. En 1959, il part pour vingt-huit mois en Algérie où il doit accomplir un service militaire dont il garde un souvenir exécrable. Ne sachant que faire de sa vie, il vend des assurances-vie (qu'il rebaptise assurances-mort) puis des poutres en polystyrène expansé[2]. Il fait également des comptes rendus de courses hippiques à Paris Turf.
Il devient journaliste à L'Aurore où il entre grâce à son amie d'enfance Annette Kahn. Son chef de service, Bernard Morrot, apprécie ses brèves insolites à l'humour acide, et il devient rédacteur de ce qu'il appelle la « rubrique des chats écrasés ». Jugé un peu trop caustique, il évite son licenciement grâce à Françoise Sagan qui écrit une lettre au journal en affirmant qu'elle n'achète l'Aurore que pour la rubrique de Desproges[3]."

Etonnant ! Françoise Sagan allait retrouver Desproges lors de cet interview sans savoir que c'était Desproges !

Extrait de Wikipedia